à Propos
close

En 2011, nous avons été approchés par une Maîtrise d’ouvrage privée pour la requalification d’un petit immeuble occupé, situé au bord du canal Saint-Denis.
Cet immeuble du début du siècle dernier, emblématique des berges du canal, abritait autrefois le café des éclusiers Au Bon Coin, d’où il tient son nom, qui avait la particularité d’avoir été photographié par Robert Doisneau en 1945. Il suscitait de ce fait un vif intérêt de la Mairie, des Bâtiments de France et des associations de riverains, bien qu’étant tombé en désuétude et devenu insalubre au cours des dernières décennies.

Ce projet est devenu pour nous l’expression des enjeux de l’architecture du quotidien : bien que d’échelle et d’apparence modestes, elle participe de l’évolution de la ville, et a un impact direct sur la vie de ses habitants.

Avant le début des travaux, nous avons donc souhaité offrir le Bon Coin aux habitants de Saint-Denis. De cette volonté est née le Coin des Rêves, lieu commun ouvert aux riverains et artistes du quartier, qui a accueilli des événements publics et artistiques le temps d’un été.
Le chantier a été l’occasion de prolonger l’ouverture de l’immeuble sur la ville et de permettre aux habitants d’investir sa transformation. En organisant des visites de chantier publiques et en valorisant le travail des ouvriers sur le site, chacun participe à la mutation du quartier et crée le patrimoine commun d’aujourd’hui et de demain.

Patrimoine vivant

La figure de proue que forme l’immeuble entre le canal et les rues voisines en fait un véritable repère du quartier.
L’intervention a pour objectif de valoriser cet héritage du passé ouvrier du canal, en même temps que d’exprimer les grandes mutations en cours sur le territoire de Saint-Denis.
Dédié au logement social, le projet de restructuration s’accompagne d’une extension contemporaine à ossature bois qui se développe au dos de l’immeuble existant.

Nous avons voulu faire dialoguer deux époques, et donc deux identités. La brique d’origine de l’immeuble a été décapée pour rendre lisibles les traces de son évolution. L’extension en bois vient quant à elle offrir un nouveau profil en vue de l’évolution de l’îlot. Les deux édifices s’enrichissent l’un l’autre pour produire une nouvelle iconographie de ce lieu.

Court-circuits

Dans un souci d’économie de moyens et de matière, nous avons privilégié un réemploi optimal de l’existant, en ne déconstruisant que ce qui était nécessaire. Matériau marquant du passé industriel de la Plaine Saint-Denis, la brique d’origine a fait l’objet d’une restauration et d’une revalorisation.

L’extension est quant à elle entièrement construite en ossature bois, pour les avantages que procure sa mise en œuvre : diminution des déchets et des nuisances grâce à la préfabrication, chantier sec, sans traitement et peu polluant.

Les matériaux utilisés dans l’extension sont non-traités et 100% issus de la filière bois et du recyclage.
Leurs assemblages simples, assurés par des fixations mécaniques, garantiront une déconstruction facilitée et un réemploi direct des matériaux, permettant d’inscrire le bâtiment dans un processus de réemploi et de recyclage.

Engager des possibles

Autrefois industriel, le canal de St-Denis est aujourd’hui devenu un élément attractif du développement de la ville. Nous avons voulu souligner cette évolution de statut en opérant un retournement de l’immeuble vers le canal, par la création ponctuelle de baies généreuses dans le pignon jadis aveugle.

A chaque niveau d’habitation, les espaces servants sont concentrés dans un noyau central afin de dégager un maximum d’espaces libres et d’offrir des logements traversants.
Enfin, le logement du RDC, installé dans l’emprise de l’ancien café, conserve sa relation avec l’espace public qui lui fait face, rendant possible un usage mixte et un éventuel changement de fonction.

Fenêtre citoyenne

« Ici on vit au paradis...
ça a conservé une part de la magie de la photo de Doisneau, quelque chose de populaire, quelque chose de fraternel ».

Parole de riverain

« C’est un immeuble qui a besoin de rester ici.
S’il est appelé à être détruit, moi je voterai pour qu’il soit pas détruit parce qu’il est représentatif de Saint-Denis. Le coeur de Saint-Denis, c’est ça ».

Parole de riverain

Crédits Photo : Michèle Constantini

AU BON COIN